Rencontre du 07 septembre au sujet du parking « Charles de Gaulle »

Rencontre du 07 septembre au sujet du parking « Charles de Gaulle »

Après avoir remercié les 90 citoyens présents à cette initiative, notre collectif a présenté le projet que veut réaliser la municipalité

Une première intervention de Bernard Vignes, élu communiste au conseil municipal, a rappelé comment les élus d’opposition ont eu connaissance de ce projet de construction d’un parking de plus de 80 places dans ce parc Charles de Gaulle.

Il a résumé les actions entreprises par l’association « les Gauches pour Ecouen et ses Environs », celles lancées par les riverains (Carole Bezout, Jean-Michel Veyrières et Olivier Giraud,…) ainsi que celles engagées par Jean-Claude Marcus et Jean-François Pin.
Enfin, il présente Bernard Loup, président de Val d’Oise Environnement.

Les riverains ont exprimé leur mécontentement, leur refus de déplacer les jeux pour enfants et de réduire cet espace vert qui est utilisé par de nombreuses familles écouennaises.

Ils indiquent avoir lancé une pétition qui recueille 650 signatures exprimant un NON à ce parking. Ils montrent les photos exposées représentant les parkings existant dans le centre-ville et soulignent le nombre important de places non occupées.

Les riverains précisent que ce n’est pas deux arbres qui seraient coupés mais une petite dizaine. Ils ajoutent que replanter un arbre ne pourra jamais le remplacer à l’identique.
Ils précisent que la nature est un élément indispensable pour l’être humain et qu’un parking même paysager constitue un îlot de chaleur et nuit à la santé des habitants.

Jean-Claude Marcus, de l’association de Défense de la Forêt d’Ecouen et d’Education à la Nature revient sur la question des espaces verts, de l’importance que nous devons donner à l’environnement. Il ajoute que nous faisons partie de la nature au même titre qu’un arbre qu’il convient donc de respecter.

Un journaliste du Parisien prend des notes et quelques photos.

Les citoyens présents sont intervenus.

  • Pour apprécier ce rassemblement unitaire. Une participante regrette le manque d’information concernant le salon de thé au niveau du château.
  • Un autre insiste sur le nombre important de pétitionnaires.
  • Olivier Giraud, bien qu’étant élu municipal de la majorité, rejette ce projet qui apporterait des nuisances surtout qu’il est riverain et directement concerné.
  • Une personne indique que le lavoir situé en haut de la rue de la Grande Fontaine tombe en ruine. Elle propose que la ville le restaure.
  • Alain Lambret, de la section PCF, propose que l’hôtel restaurant mette en place un système de voituriers, ce qui constituerait des créations d’emplois. Etant domicilié à Ezanville, il affirme que ce genre de projet pourrait malheureusement se réaliser dans sa ville ou dans les environs. C’est pourquoi il soutient cette initiative.
  • Marie-Marthe Jesslen, présidente de l’association « Les gauches citoyennes pour Ecouen et ses Environs » démontre que ce n’est pas la création de parkings supplémentaires qui redynamisera le centre-ville. Cela fait 40 ans que cet argument est avancé par le maire. Il faut, dit-elle, une aide en direction des petits commerçants qui voudraient s’installer en proposant par exemple, des loyers à un tarif préférentiel.
    Elle explique que le PLU (Plan Local Urbanisme) n’est toujours pas voté et invite à consulter en mairie le PADD (Plan d’aménagement de développement durable).
  • D’autres riverains évoquent les saletés, les canettes sur le sol de ce parc. La ville ne l’entretient pas. C’est surtout pour les enfants un problème d’hygiène.
  • Bernard Loup considère qu’il faut se battre partout où l’environnement est mis à mal. Il indique que le projet d’EuropaCity dans le Triangle de Gonesse est l’exemple même d’une atteinte à la nature.
  • Jean-François Pin, conseiller municipal d’opposition se félicite de cette mobilisation des citoyens. Il explique que l’ouverture de l’hôtel restaurant en haut du parc est conditionnée par la construction du parking.

Nous convenons tous qu’il serait bien d’être présent lors du prochain conseil municipal de mardi 25 septembre à 20h30 et de poursuivre notre démarche d’opposition et de propositions.

Parking: NON – Espaces naturels: OUI

Parking: NON – Espaces naturels: OUI

Le 26 juin 2018, un projet de construction d’un parking dans le Parc Charles de Gaulle, est présenté aux élus du conseil municipal.
[wonderplugin_slider id=1]
Monsieur le maire déclare qu’il convient désormais de relancer l’activité des commerces du centre-ville et que ce nouveau parking de plus de 80 places va aider cette relance.
Le groupe « Les Gauches Citoyennes pour Ecouen » répond que cette question de redynamiser le centre-ville n’est pas nouvelle.
Déjà en novembre 2011, la majorité disait privilégier le maintien des commerces existants et redonner un souffle au centre-ville. Elle ajoutait dans le programme municipal de 2014, avoir créée 3 parkings supplémentaires en centre-ville afin de favoriser l’accès au commerce.

En septembre 2014, le maire et sa majorité parlait de redynamiser le commerce de proximité et les activités artisanales du centre historique, de développer les liaisons douces, de préserver et développer les espaces verts, notamment en cœur de ville, etc.

[wonderplugin_slider id=2]
En juin 2016, une nouvelle étude confirmait ce qui avait déjà été dit à savoir qu’il fallait :

– inviter la nature en ville pour un urbanisme renouvelé.
– redéployer des capacités en centre-ville comme moteurs de développement urbain
– recouvrer l’attractivité économique et commerciale du centre ancien.

Aujourd’hui en juin 2018, malgré tous ces discours, ces parkings supplémentaires, la délibération qui nous est proposée indique que l’activité économique est en perte de vitesse.

Cela est vrai. C’est la preuve que la construction de parking ne règle rien.
Au contraire, cela apporte un îlot de chaleur avec toutes les conséquences sur l’environnement et la santé des citoyens.

C’est pourquoi le groupe d’opposition dans lequel siège notre élu communiste dit qu’il ne peut accepter :
– de détruire deux arbres qui ne pourront jamais être remplacés à l’identique
– de réduire des espaces verts au profit d’espaces bitumés
– de déplacer ou de supprimer des jeux enfants qui au passage ne sont pas entretenus.
[wonderplugin_slider id=3]
Le groupe propose :

– de réaliser quelques places supplémentaires au niveau du parking Colette Rousset déjà existant.

– de laisser en priorité des places au niveau du parking au 21 rue Paul Lorillon pour les clients de l’hôtel semi-gastronomique en cours de réalisation, par la transformation de la Maison des solidarités (ancien Tribunal d’Instance).

Dans la salle du conseil étaient présents des citoyens qui ont pu lors d’une suspension de séance, montrer la nocivité de ce projet de création d’un parking alors qu’à 200 mètres un parking de 110 places a été réalisé et qu’il est partiellement occupé.

Des riverains sont intervenus pour dire non à cette démarche irresponsable du point de vue environnemental.

elit. ultricies mi, justo id venenatis nunc pulvinar libero nec